Premier dimanche de Carême année B : 21 février 2021


1 ier temps  : j’invoque l’Esprit Saint et je prends un moment de silence

Avec cette prière …

«Seigneur, fais que mon esprit et mon cœur s’ouvrent à ton Esprit afin d’accueillir ta Parole, aiguise mes sens pour savoir écouter, voir et sentir dans mon histoire et dans l’histoire de l’humanité, ta présence aimante et salvatrice, pour découvrir dans ta Parole les chemins de vie nouvelle que tu as préparés pour nous. »  ( Dominicaines de la présentation)

Ou avec mes mots personnels…

2ième temps :  «  lectio » :

–  je lis le texte en silence

Celui de  l’Evangile proposé pour ce premier dimanche :  étape importante pour scruter le texte biblique et lui permettre de véritablement me parler.pour mieux comprendre la Parole de ce jour, je m’aide de quelques repères   ici proposés pour mieux situer et comprendre la Parole  , tirée de l’Evangile de Marc au chapitre 1, les versets 12 à 15 passage d’une grande sobriété.

« En ce temps-là ,  Jésus  venait d’être baptisé .Aussitôt l’Esprit pousse Jésus au désert et, dans le désert, il resta quarante jours, tenté par Satan. Il  vivait parmi les bêtes sauvages, et les anges le servaient.

Après l’arrestation de Jean , Jésus partit pour la Galilée proclamer l’Evangile de Dieu ; il disait : «  Les temps sont accomplis : le règne de Dieu est tout proche. Convertissez-vous et croyez à l’Evangile. »

Quelques repères pour répondre à des questions de compréhension :

-il est utile de remarquer le lien entre la scène Jésus au désert  et celle du Baptême de Jésus.L’épisode est relié au Baptême de Jésus par un aussitôt familier à Marc, aussitôt après son Baptême où Il vient de s’entendre proclamer Fils de Dieu et où Il a reçu le don de l’Esprit. Jésus  se sent poussé  par ce même Esprit  vers le désert.

 Le  désert est une terre  de désolation, qui provoque une totale insécurité humaine. L’Esprit du Dieu , du seul vrai Dieu «  pousse » Jésus,  loin des foules , loin des succès bruyants. Le séjour  de Jésus au désert fut un apprentissage et un approfondissement de sa relation avec son  père. Dans la solitude , un monde neuf était en train de voir le jour en Jésus.

40 :  chaque fois qu’ un juif , formé par la Bible, entendait ce mot «  quarante »,il pensait  à cet exode , à cette   marche d’Israël avant l’entrée en Terre promise. L’Orient ancien aimait les chiffres, mais ils n’avaient  pas alors le sens mathématique que nous leur donnons, souvent ils ont une valeur symbolique. Le chiffre 40 par exemple  désigne conventionnellement le«  temps d’une génération humaine » : ce chiffre , alors, signifiait » « une période assez longue  dont on ne connaît pas la durée exacte. »

Tenté par Satan : Jésus est au désert pour  un combat, Il affronte  dans son domaine le chef des démons.  Jésus qui vient d’être baptisé et d’entendre une voix qui l’appelle  «  le Fils bien aimé ». est tenté «  si tu es le Fils de Dieu.. . » Dans le langage courant, le mot tentation est souvent infantilisé, restant presque uniquement au niveau de la morale  élémentaire. Dans l’Evangile, la tentation fondamentale porte sur «  la foi » ou la «  non foi » en Dieu. nous pouvons imaginer  que Jésus a été tenté  et souvent de  «  faire  des signes messianiques éclatants », de  se laisser prendre au piège de Satan qui le poussait sans cesse ( et ses disciples aussi …et cela reste la tentation de l’Eglise)à «  prendre le pouvoir…

Les bêtes sauvages-les anges :–  cette expression est encore une expression biblique codée dont il faut découvrir la signification. Marc  lui, ne dit pas que Jésus resta vainqueur de la tentation, mais il le dit par ces deux expressions  « les bêtes sauvages »… « les anges ».C’est un langage  symbolique traditionnel : «  comme Adam qui  au paradis terrestre se trouvait en compagnie des bêtes sauvages (Genèse 2, 19), l’espérance messianique attendait un retour de cette » paix paradisiaque » : «  le loup habitera avec l’agneau… ( Isaïe 11, 1 ;9). Alors qu’Adam avait succombé à cette tentation  de «  faire le Dieu »…Jésus lui a été vainqueur de cette tentation : alors la réconciliation s’opère, la coexistence pacifique de l’homme avec la nature ! Quand l’homme refuse de dominer, quand l’homme vit de » la Foi. ». ;c’est alors qu’il retrouve le paradis, qu’il est l’homme selon Dieu .C’est alors qu’il se retrouve en communion paisible avec ses frères et sœurs, avec le cosmos, avec les «  bêtes sauvages », et avec  «  les anges »….avec la terre, et avec «  le ciel ».C’est alors qu’il est vraiment fils , qu’elle est vraiment «  fille » de Dieu, selon le cœur de Dieu., qui lui ne domine pas, ne s’impose pas, qui est « amour ».Le service  des » anges, »mentionné  dans le psaume 90/91, manifeste la dignité de Jésus. Selon l’Ancien Testament ; les anges sont en effet  les serviteurs de Dieu ; ici , ils se mettent au service du Christ qui , par le Baptême dans l’Esprit, conduit ses disciples au Royaume promis.

Les temps sont accomplis- le règne de Dieu est tout proche  : une nouvelle création commence. Une nouvelle  histoire humaine ! Satan est vaincu. Jésus a triomphé de lui.Ce n’est pas lui qui est Dieu. Ce n’est pas l’adversaire qui est Dieu. C’est Dieu, c’est l’amour. Voilà le  seul vrai règne de Dieu. Voilà la Bonne Nouvelle.

Convertissez-vous :Satan continue à nous proposer son idée de Dieu, Jésus nous invite à ne pas y consentir c’est constamment que nous avons à refuser une certaine image ( fausse ) de Dieu, pour nous ouvrir, par la foi au Dieu véritable. Le règne de Dieu demande un changement de vie  :convertissez-vous et croyez en  la Bonne Nouvelle.

Ces quelques clés de compréhension du texte sont inspirées de la revue liturgique «  Feu Nouveau » ainsi que du livre de Noël Quesson «  parole de Dieu pour chaque dimanche » et de la brochure   «  venez et voyez » -en compagnie de Marc-( proposition du catéchuménat et du centre biblique de Montréal) . A consulter aussi sur internet les commentaires développés de la bibliste Marie-Noëlle Thabut, l’homélie de ce dimanche entendue  lors d’une messe télévisée ou enregistrée sur you tube …le texte mieux compris ne pourra que mieux alimenter notre rencontre priante avec la Parole de Dieu.

je relis à nouveau le texte en silence : je repère les mots, les personnages, la scène, le lieu…je relève ce qui me paraît important dans le texte. Que me dit le texte  ( en rester à ce qui est dit) ? Cette étape est importante pour permettre au texte biblique  de véritablement me parler.

3 ième temps : «  meditatio »

Je relis de nouveau lentement le texte, j’identifie un message qui me rejoint, qui me touche. Que me dit le Seigneur par cette Parole de Dieu ? Je note  ce message perçu. Je ne me précipite pas, je me fixe sur Dieu en m’attachant  d’abord à contempler la grandeur et la beauté du message révélé.

4 ième temps : «  oratio »

L’oraison ou prière consiste à entrer en relation avec le Seigneur à partir de ce que je retiens de la Parole. Je laisse mon cœur parler librement au Seigneur avec tout ce que je suis et vis ce jour.

5 ième temps : «  contemplatio »

La contemplation consiste à goûter dans la paix, les lumières perçues dans la Parole. Il ne faut pas avoir peur de consacrer du temps à cette étape. Donner le temps au temps…pour permettre une adhésion du cœur et le laisser s’ajuster à la disposition intérieure du Christ. J’accueille et goûte les fruits suscités en moi : paix, joie, bonté, amour, patience…

6ième temps : «  actio »

L’action me permet d’accueillir la Parole qui engage ma vie : comment est-ce que j’accepte de confronter ma vision du monde et mon style de vie à ceux de Jésus ? comment résonne en moi l’appel à vivre en fils ou en fille du Père ? comment puis-je me rapprocher de Dieu et le laisser se rapprocher de moi pour me «  refaçonner «  à son image ?  Je note ce qui me met en mouvement…

7ième temps :  la prière : le psaume et Notre Père

– Prière du peuple juif, de Jésus, de l’Eglise, le psaume est composé de mots humains, je prie avec le psaume  proposé ce dimanche…

Tes chemins , Seigneur , sont amour et vérité pour qui garde ton alliance.

Seigneur, enseigne-moi tes voies, fais-moi connaître ta route. Dirige-moi par ta vérité, enseigne-moi, car tu es le Dieu qui me sauve.

Rappelle-toi, Seigneur, ta tendresse, ton amour qui est de toujours .Dans ton amour, ne m’oublie  pas en raison de ta bonté.

Il est droit, il est bon, Le Seigneur, lui qui montre aux pécheurs le chemin. Sa justice  dirige les humbles, il enseigne aux humbles son chemin.

Je termine par le «  Notre Père» en communion avec toute l’Eglise.

Que cette «  lecture priante de la Parole de Dieu fortifie notre vie intérieure, notre alliance avec le Seigneur ! Bonne  première semaine de « surcroît » de vie intérieure, de chemin de vie !

%d blogueurs aiment cette page :