Prenez garde, veillez : car vous ne savez pas quand viendra le moment


Dans le passage qui précède, Jésus vient de parler à ses dis­ciples de « la venue du Fils de l’homme », et il a ajouté : « Ce jour ou cette heure, nul ne les connaît, ni les anges du ciel, ni le Fils, personne sinon le Père » (13, 32). D’où l’importance de veiller, de peur de nous laisser surprendre. Et la suite du texte va dans ce sens : « Vous ne savez pas quand le maître de la maison reviendra, le soir ou à minuit, au chant du coq ou le matin. » Le « chant du coq », c’est probablement une allusion au reniement de Pierre (on sait que Marc était très proche de Pierre). Cette phrase est une mise en garde : si vous n’êtes pas attentifs au jour le jour, il peut vous arriver de me renier sans y prendre garde.

Quelques heures avant la défaillance de Pierre, Jésus, à Gethsémani, avait dit aux trois apôtres qui laccompa­gnaient : « Veillez et priez afin de ne pas entrer au pouvoir de la tentation » (Mc 14, 38). Et il avait ajouté : « Lesprit est plein d’ardeur, mais la chair est faible. » Manière de dire à quel point nous sommes perpétuellement écartelés entre les valeurs du Royaume et le retour à l’égoïsme, l’indiffé­rence, la lâcheté.

Voilà qui éclaire notre texte d’aujourd’hui : veiller veut dire prier, non pas prier le Père de réaliser son Royaume lui-même, tout seul, sans nous. Mais prier pour être remplis de son Esprit et désormais regarder le monde, qui est la matière première du Royaume, avec les yeux de Dieu si l’on peut dire. Et, alors, pouvoir agir dans le sens du Royaume. En quittant sa maison, il a donné tout pouvoir à ses serviteurs.

Nous voilà promus gardiens de la maison de Dieu ! « Il en est comme d’un homme parti en voyage : en quittant sa maison, il a donné tout pouvoir à ses serviteurs, fixé à chacun son travail, et recommandé au portier de veiller. » Nous sommes ces serviteurs, ce portier. Voilà la Bonne Nouvelle qui nous sera répétée tout au long de l’Avent : nos vies, si modestes soient-elles, peuvent contribuer à la gestation de l’humanité nouvelle. C’est ce qui fait notre grandeur. Cest peut-être bien lune des raisons pour lesquelles personne, pas même le Fils (tant quil était parmi nous) ne connaît lheure de lavène­ment définitif du Royaume : c’est que nous avons notre part dans sa construction. Serviteurs munis de tout pouvoir, portiers de la maison de Dieu : il nous revient d’y faire entrer tous les hommes. Sans oublier la leçon de la parabole des talents : le maître de maison nous fait confiance, il nous confie ses trésors. La seule réponse digne consiste à lui faire confiance en retour et à nous retrous­ser les manches                                                           Fiche biblique Panorama

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.