La naissance de Jésus, qu’est-ce?


La naissance de Jésus, qu’est-ce sinon l’aboutissement d’une longue histoire d’amour.  Longue histoire d’amour parce que tout a commencé il y a très longtemps, lorsque Dieu s’est agenouillé sur la terre pour la gratter et recueillir un peu d’argile entre ses mains.  Il avait sur les lèvres, à ce moment-là, Dieu, un petit sourire malicieux: quand Dieu joue les potiers, que ne peut-il faire avec un peu de terre?  C’est ce jour-là que Dieu créa son oeuvre la plus belle: l’homme.  Et cet homme lui ressemblait, tel père tel fils.  Cet homme était comme Dieu: fait pour aimer.  Il avait raison d’être fier, Dieu.  Sa gloire, c’était l’homme.

Et voilà que Dieu. se prit de passion pour ce qu’il avait fait, se prit d’amour pour l’homme sa créature.  Il ne put oublier le premier regard émerveillé de l’homme surgissant de ses doigts einpâtés de glaise.  Et parce qu , il l’aimait éperdument, Dieu se mit à souffrir à cause de l’homme qui souvent le rejetait.  Malgré cela ou peut-être à cause de cela, Dieu ne put se passer de l’homme.  Et comme le premier amoureux venu, Dieu fut prêt à faire des folies pour l’homme qu’il aimait.  Il n’hésita pas à risquer sa réputation, son crédit, sa tranquillité pour nous.  Un jour de Noël, Dieu fait ses paquets et déménage.  Il abandonne le confort de son ciel pour louer un studio sur terre.  Il y a presque deux mille ans, une nuit de Noël, Dieu plante sa tente parmi nous.

Désormais un homme parle de Dieu, désormais un homme est Dieu.  Dieu avait tellement été subjugué par les traits de l’homme qu’il avait créé, qu’il en vint à prendre, Lui, un visage d’homme.  Après avoir parlé de bien des manières, Dieu, comme tout amoureux, se met à parler le langage de l’être aimé.

Ce que nous fêtons ce soir, ce n’est pas l’innocence de l’enfant, mais la folie d’un Dieu amoureux qui vient cohabiter avec nous.  Ce que nous fêtons, c’est le mystère d’un Dieu qui prend notre chair, qui devient comme nous et qui ne peut oublier ce que c’est que d’être homme.

La bonne nouvelle, c’est que désormais la vie de l’homme ‘colle à la peau ‘ de Dieu.  La bonne nouvelle, c’est que Dieu se donne à voir dans un petit d’homme; dans un charpentier de Nazareth, dans un prophète sur les sentiers de Judée et de Galilée, dans un innocent qu’on exécute parce qu’il dérange.  La bonne nouvelle, c’est que Dieu se donne à voir dans un visage d’homme qui croit en Lui, jusqu’au bout.

Si Dieu se donne à voir dans le visage d’un enfant, c’est que tout enfant est visage de Dieu.  Si Dieu se donne à voir dans un charpentier, c’est que tout homme qui vit normalement en société, qui cherche à travailler, qui ne profite pas des autres, est visage de Dieu.  Si Dieu se donne à voir dans le visage d’un innocent qu’on exécute, c’est que, tout homme qui se bat pour plus de justice, plus de vérité, plus d’amour, est lui aussi visage de Dieu.

Dites-moi, pourquoi faut-il que nous allions chercher Dieu là où il n’est pas?  Alors qu’il serait si simple d’ouvrir les yeux, de regarder autour de soi, de s’émerveiller et de faire pareil!

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.