Connaissance de la foi … Matthieu l’évangéliste


Pendant l’année liturgique A, les évangiles du dimanche sont en général extraits du premier évangile, celui de St Matthieu.

Que sait-on de cet évangéliste ? Une ancienne tradition ecclésiastique de la première moitié du IIe siècle, pense qu’ils ‘agit de Matthieu, appelé aussi Lévi, l’in des douze apôtres, ce publicain de Capharnaüm que Jésus appela à être son disciple. Peut-être se dépeint-il lui-même lorsqu’il  évoque le « scribe devenu disciple du Royaume des cieux comparable au maître de maison qui tire son trésor du neuf et de l’ancien » (13,52). Tel est donc Matthieu : un lettré juif devenu chrétien.

Paru dans les années 80-90, peu après la ruine de Jérusalem (70), cet évangile a été écrit pour les communautés chrétiennes de Syrie, peut-être à Antioche. L’Eglise d’Antioche avait été fondée par les disciples d’Etienne, critique vis-à-vis du judaïsme ; elle avait été aussi marquée par Paul, plus critique encore. En même temps, elle avait reçu les amis de Jacques, frère du Seigneur, le plus juif des premiers responsables chrétiens, ainsi que Pierre qui cherchait un compromis. Pas étonnant alors  que Matthieu prenne en compte la situation très concrète de cette communauté de la fin du 1er siècle, de ses difficultés à croire, à persévérer dans l’attente, de son opposition au judaïsme renaissant après la chute de Jérusalem. C’est ainsi que s’explique la virulence de l’évangéliste à l’égard des scribes et des pharisiens, et l’insistance sur l’université de la Bonne Nouvelle.

Le trait le plus remarquable du premier évangile est sa très large utilisation des textes de l’Ancien Testament : en 130 passages au moins, l’auteur se réfère directement à l’Ecriture, dont 43 sont des citations précises. Ainsi montre-t-il que le dessein de Dieu s’accomplit dans la personne et les actes de Jésus. Le message de la Bonne Nouvelle est inséré dans l’histoire du Salut. Ainsi l’Ecriture est-elle relue dans une perspective chrétienne.

Longtemps, cet évangile, bâti autour de cinq grands discours de Jésus, a été considéré comme l’Evangile par excellence ; c’est sur les enseignements du Christ tirés de cet évangile que le christianisme commun s’est établi. C’était lui encore qui était lu régulièrement à la messe, avant Vatican II. Mais s’il fut considéré dès le IIe s. comme l’Evangile de l’Eglise, c’est qu’il est un texte enraciné dans une communauté ; un texte vivant, parce que destiné à des lecteurs invités à revenir sans cesse aux enseignements donnés par le Christ durant sa vie terrestre.

L’emblème de Matthieu est l’homme (confondu à tort avec un ange), parce que son évangile débute par la généalogie humaine de Jésus

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.